« Retour à l'accueil mobile

Quelque chose dans l’air à Bellefeuille

Écrit par : Eve Bourret, Unité régionale loisir et sport Martin Arsenault, accompagné de Sylvie Bernier, médaillée olympique, lors des Prix ExcElan loisir et sport 2016 où il a été le lauréat de Chandler. Photo: Mélissa Langlais

PABOS MILLS, 25 septembre 2017 – C’est le grand jour! Nous nous stationnons tout au bout de la route puisque plusieurs parents sont déjà au rendez-vous pour récupérer leurs enfants. On  entend déjà les chants des enfants retentir : « J’ai du soleil au fond des yeux, un ciel dans mes cheveux…». D’emblée, on peut ressentir ce fameux esprit de la Base de plein air de Bellefeuille que l’on doit à l’un de ses fondateurs, Martin Arsenault.

Sur place, plus d’une centaine d’enfants attendent leurs parents, heureux, mais aussi un peu  tristes de la fin de leur séjour à la Baseplein air de Bellefeuille. Assis au centre du  groupe, on  aperçoit un homme qui semble être le doyen du camp. 

Le spectacle peut maintenant  commencer. Le chef de camp explique qu’un enfant de chaque groupe recevra une plaque honorifique (trophée) pour ses qualités de campeur. Ces plaques ont été préparées avec minutie toute l’année par l’homme qui siège au centre du groupe. Cet homme, c’est Martin Arsenault, le père de Bellefeuille. Depuis plus de 40 ans, il s’est investi  dans le développement de ce camp qui épate par son ambiance unique et son environnement à couper le souffle.

Au départ, l’objectif de Bellefeuille était de donner un projet aux jeunes, de leur permettre de découvrir cet environnement sain et stimulant. Les Chevaliers de Colomb de Chandler, qui ont initié ce projet en 1974, peuvent maintenant se dire mission accomplie car, depuis ce temps, plus de 15 000 jeunes ont foulé le sol de Bellefeuille, s’y sont épanouis, ont appris à se connaître, ont rapporté dans leur valise des souvenirs inoubliables.

Une grande famille pour « Martin »

Si le site enchanteur se prêtait bien à l’implantation d’une base de plein air, encore fallait-il lui donner une âme, un petit je-ne-sais-quoi qui ferait de ce camp un endroit hors du commun. Martin Arsenault a su sans contredit insuffler cet esprit particulier qui règne à Bellefeuille en en faisant son projet de vie. Monsieur Arsenault, Martin comme il aime se faire appeler, souligne d’ailleurs avoir trouvé en Bellefeuille une belle et grande famille qui donne un sens à son sacerdoce.

Tout ce que Martin a apporté à Bellefeuille, cette institution le lui a bien rendu. Entre autres, il souligne que Bellefeuille lui a constamment  appris à grandir et à aimer. C’est d’ailleurs avec  ces apprentissages en tête qu’il  attend avec fébrilité chaque été  l’arrivée de l’équipe, des anciens (parce qu’ils sont nombreux à revenir s’impliquer!) et des jeunes campeurs. Pour lui, Bellefeuille représente plus que jamais sa famille, ce qui donne un sens à sa vie.

Le spectacle tire à sa fin et les jeunes regagnent peu à peu leur cabine pour y récupérer leur valise. Un autre séjour se termine à Bellefeuille. Une autre cohorte de campeurs retournera à la maison le cœur rempli de découvertes et de nouvelles amitiés.

Quiconque ayant déjà trempé ses pieds dans l’eau du lac Chaud vous le confirmera. Il y a définitivement quelque chose dans l’air à Bellefeuille! Le secret de ce camp? Un site exceptionnel mené à bout de bras par un homme d’exception!

-30-

Note sur l’auteure

Ève Bourret est agente de bureau et de communication à l’Unité régionale loisir et sport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Elle n’attendait que l’obtention de son diplôme au Baccalauréat en enseignement secondaire pour mettre le cap vers la Gaspésie. En 2012, après avoir planté son drapeau dans sa nouvelle terre d’accueil, elle réoriente rapidement sa carrière et se joint à l’équipe de l’URLS GÎM. Deux enfants (bientôt trois) plus tard, Ève est plus que décidée à travailler activement au développement du loisir et du sport dans la région qui l’a accueillie à bras ouverts. Dans ses temps libres, elle parcourt les sentiers pédestres de la Baie-des-Chaleurs avec un enfant sur le dos et termine ses journées avec un crochet et une balle de laine à la main.

Mandatée par le gouvernement du Québec, l’URLS GÎM travaille activement au développement du loisir, du sport, de l’activité physique et du plein air dans la région. Elle offre des programmes de soutien financier, des formations et des services-conseils, coordonne des événements et accompagne ses différents partenaires (municipalités, commission scolaires, associations) dans leurs projets de développement.

 

Affichage : Mobile | Classique